On va (re)marcher sur la lune

Publié le 21 septembre 2005 et modifié le 30 mars 2006 par  

Le futur module lunaireLa NASA l’a annoncé officiellement, l’homme va retourner sur la Lune. Cette [nouvelle] aventure spatiale est prévue pour 2018 voire 2020.
La NASA envisage d’abord la construction d’une base lunaire fixe pour accueillir des missions plus longues (environ 6 mois), puis elle souhaite que cette base serve d’avant-poste pour une future mission en direction de Mars.

Le Monde du 20 septembre 2005 annonçait l’événement.


WordCamp Paris 2015, J’y serai ! Et vous ?

Commentaires

4 Réponses pour “On va (re)marcher sur la lune”
  1. Termitor dit :

    Ce que l’article ne dit pas, c’est qu’il n’était plus question d’aller sur la lune parce que 1) y’a rien à voir, et 2) on en a déjà fait le tour. Donc, pas la peine de dépenser des milliards de dollars pour cette planète de clochards. C’etait bien sûr sans compter sur GWB qui ne pouvait pas partir sans s’illustrer avec un petit programme spatial qui ne sert à rien mais qui dépense bien.

    Merde, un post sérieux… je me fais vieux, moi.

  2. Ben Kenobi dit :

    D’où les cheveux blancs… 😉

  3. Harry dit :

    Le fait de marcher sur la Lune a tout de même passioné les foules et renforcer le prestige des USA.

    Nous vivons dans un monde où dès que l’un construit un gratte-ciel ou une bombe atomique tous les autres se mobilisent encore plus vite pour posséder un modèle toujours plus impressionant, plus démesuré : symbole de l’orgueil national.

    Pourtant à propos de la conquête spatiale, aucune autre nation ne veut se vanter d’avoir envoyer des hommes marcher sur la Lune.

    La lune est-elle une propriété des USA ? Les photos satellites sont-elles plus fiables que l’observation sur le terrain ? C’est le comportement des autres nations qui m’intrigue et le monopole de l’expérience lunaire par les USA.

    Ceux qui prétendent que personne n’est jamais allé sur la lune ne devrait plus trainer sur des sites d’ésotérisme new age. C’est le comportement collectif des nations qui m’étonne.