Inauguration du Tarmac à Châteauroux

Ca y est ! Depuis le 3 novembre 2007 et le concert inaugural donné par Vanessa Paradis, Châteauroux possède enfin une salle multi-activités digne de ce nom. L’Indre a enfin son Zénith !
Son nom, le Tarmac, elle le doit à l’aéroport juste en face, de l’autre côté de la route.

Il faut croire que cette nouvelle salle me porte bonheur. Pourvu que ça dure !

D’abord, la veille du concert de Vanessa Paradis, je me vois offrir 4 places gratuites pour ce dernier… J’ai donc pu en profiter avec 3 amis.
Un concert bien sympathique, qui nous a permis d’apprécier l’excellente qualité de l’acoustique des lieux. Une Vanessa Paradis très en forme et qui sait se donner sur scène a exécuté une prestation de haut niveau. Ce qui ne fut pas pour déplaire au public venu nombreux.

Une loge du Tarmac à ChâteaurouxEnsuite, une semaine plus tard, le 10 novembre 2007, c’est la journée « Portes ouvertes ». L’occasion est donnée au public de visiter ce nouveau monument castelroussin. Accès libre dans la grande salle, bien sûr, mais aussi dans les loges, le public peut s’approprier le Tarmac !
Heureusement, j’y suis allé le matin, il n’y avait pas encore trop de monde. L’après-midi a vu la foule affluer en masse…
En plus de mes photos (disponibles sur Flickr), qui je vous le rappelle, sont prises grâce à mon téléphone mobile (w810i), je vous conseille fortement de voir celles d’Ellie sur Châteauroux c’est fou !
Des démonstrations sportives avaient lieu toute la journée. Du basket, du tennis et surtout du VTT trial avec la participation de Bruno Janin, actuel entraineur de l’équipe de France et multiple champions dans sa discipline.
Après un show époustouflant où il évolue sur des agrès et autres rampes, terminant même sur sa propre camionnette à plus de 3 mètres de haut, Bruno Janin demande la participation d’une personne du public… et c’est là que ma chance refait surface, une fois de plus. Il me demande de le rejoindre !
Les gradins du Tarmac à Châteauroux
Mon rôle fut très simple : m’allonger sur le sol et ne pas bouger… ne surtout pas bouger !
Comme vous l’aurez compris, durant quelques minutes, il s’est amusé à passer au-dessus de moi en sautant sur son vélo, des allers-retours entre mes bras et mes jambes, me frôlant à chaque instant… Très impressionnant.
Mais plutôt que de vous imaginez, voici la vidéo du show (on m’aperçoit brièvement au début puis à la fin du film, je suis le mec habillé en bleu, couché tout seul) :

Vidéo extrait de la page Dailymotion de Bruno Janin

Ainsi, outre la chance que j’ai eu de participer au spectacle, c’est surtout la récompense que j’en ai tiré. En effet, on m’a remis en remerciement 2 places pour le concert de Deep Purple qui a lieu ce mercredi. Je vais donc pouvoir enchainer les deux premiers concerts du Tarmac et ce gratuitement !

Rallycross à Châteauroux / Saint-Maur

Un départ sur les chapeaux de rouesLes 14 et 15 juillet dernier, se déroulait à Saint-Maur (Indre), au circuit des Tourneix, la 5e manche du championnat et de la coupe de France de Rallycross (Division 1 à division 4). Cette épreuve était organisée par l’association Ecurie Terre du Berry. J’y ai participé en tant que bénévole et je dois dire que j’ai été conquis par ce genre de course. J’ai en effet pu assister à quelques manches fort disputées. Le premier virage est très impressionnant. Les bolides arrivant de front à plus de 100 km/h dessus… ça passe ou… ça casse !

Mais je vous entends déjà d’ici me demander : « mais qu’est-ce donc que cela le rallycross ?« .
Il s’agit d’une des plus prestigieuses disciplines du sport automobile après le rallye. D’après les mots du site officiel :

Le rallycross a de nombreuses spécificités par rapport à d’autres disciplines du sport automobile : dans les manches, cinq voitures partent de front pour cinq tours d’un circuit mixte, terre/bitume d’un kilomètre de long, en finale, elles sont six sur trois lignes. Un week-end de rallycross, c’est une centaine de départs pour des courses de deux à trois minutes seulement : un rythme soutenu, idéal pour les spectateurs.

On trouve aussi une petite définition sur Wikipédia

Pailler et Poirier à la lutteCertaines voitures sont d’ailleurs très proches voire identiques de celles utilisées en championnat du monde des rallyes par les grands champions tel Sébastien Loeb. C’est le cas de la Xsara WRC de Marc Laboule, vainqueur à Châteauroux ce week end, par exemple… ou bien encore de la 207 WRC de Jean-Luc Pailler. Autant dire qu’il y a du spectacle. Malgré ce que l’on pourrait croire, ce n’est pas seulement en Division 1 que les courses sont les plus virulentes. En D3 et 4 ils savent aussi donner du volant et assurer une large partie du spectacle. Bref, quelles que soient les courses que vous pourriez suivre (si vous ne les regardez pas toutes !) vous ne regretterez pas le déplacement.

Le championnat de France se cours sur 10 manches de mai à octobre. Les week ends sont organisés de la manière suivante : le samedi, essais et 2 premières manches qualificatives puis le dimanche, 2 dernières manches qualificatives suivies des finales pour chaque division.

Voici des vidéos qui sauront vous faire voir plus précisément ce qu’est le rallycross.
La première vous montre une vue en caméra embarquée à bord de la Clio de Sébastien Dréan sur le circuit des Tourneix ce week end. Accrochez-vous !

Ci-dessous, vous verrez le film officiel de ce week end de rallycross castelroussin. Il dure 26 minutes environ. Vous verrez tout ce qu’il s’est passé ou presque… comme si vous y étiez ! Vous aurez aussi le loisir de regarder les autres vidéos disponibles en cliquant à côté de la vidéo sur les autres vignettes.
Pour en savoir plus et aussi pour visionner plein d’autres photos
:

Crédit photo : http://www.rallycross-france.net/

Studio Tram Tour : Behind The Magic

Studio Tram Tour : Behind The Magic est une des attractions de Walt Disney’s Studio, le deuxième parc à thème construit à proximité du Parc Disneyland à Marne-la-Vallée, à une trentaine de kilomètres de Paris. Ce nouveau parc, ouvert au printemps 2002, repose sur le cinéma et la télévision. Au travers de différentes attractions, nous sommes amenés à découvrir les coulisses de films imaginaires ou bien de véritables productions. Soit il s’agit d’attractions à sensations fortes, soit de spectacles fort bien réalisés nous permettant de vivre les coulisses du tournage.

L’attraction dont je vais vous parler à pour objectif de nous faire découvrir des scènes d’actions comme si nous y étions. A bord d’un tramway (un camion surpuissant tirant de grands wagons) nous faisons une promenade à vitesse réduite. Un écran accroché dans dans ce wagon diffuse des commentaires en direct afin de nous en dire plus sur ce que nous voyons. C’est ainsi que l’on apprend que les morceaux de décors déposés le long de la route ont appartenu à des tournages de films tels que Pearl Harbour, Narnia, Le Règne du Feu ou encore Dinotopia…

Durant la ballade on fait deux haltes principales. La première, qui est aussi la plus spectaculaire nous amène au milieu d’une scène d’action particulièrement impressionnante. Nous assistons à l’explosion d’un camion citerne près d’un puit de pétrole dans un environnement montagneux. Si vous voulez en savoir plus, je vous invite à regarder la séquence ci-dessous, filmée par mes soins avec mon appareil photo numérique. Bien sûr, si vous souhaitez garder la surprise au cas où vous ne connaitriez pas l’attraction, ne visionnez pas cette vidéo. 😉

Ensuite, le tramway reprend sa route et la seconde halte nous permet de voir le décor du Règne du Feu avec un centre de Londres dévasté par les flammes d’un dragon. C’est moins spectaculaire mais la réalisation du décor est superbe.
Nous passons aussi devant une collection de voitures de films stationnées sous un hangar…

Au final, ce petit tour est bien sympathique malgré quelques longueurs entre les 2 escales. On ne fait que voir des restes de décors et des objets… on a juste le temps de les apercevoir, le tramway ne s’arrêtant pas devant. Mais la première escale vaut bien la peine de monter dans un wagon de cette attraction qui s’adresse à tout public.
Préférez une place dans le milieu du tramway, ce sont les meilleures à mon sens pour profiter pleinement du spectacle. De plus, dans le premier wagon, on respire les vapeurs d’échappement du camion survitaminé… ce qui n’est pas terrible… croyez-moi, je l’ai testé !
Malgré ces quelques détails, l’attraction vaut le détour. N’hésitez pas à la visiter. De toutes manières, elle ne dure pas longtemps. Profitez-en !

Gwendoline, la future star

GwendolineIl y a quelques jours, une de mes amies m’a parlé d’une chanteuse qu’elle avait pu écouter en live lors d’une soirée parisienne.
Il s’agit de Gwendoline, une jeune femme pleine de ressources. Elle est, en effet, à la fois auteur, compositeur et interprète de ses chansons. On a pu l’apercevoir à la télévision de nombreuses fois ces derniers mois puisqu’elle appartient à la Compagnie Roger Louret depuis 4 ans.

Son site MySpace nous permet d’en savoir un peu plus sur elle :

Gwendoline travaille depuis quatre ans dans la Compagnie Roger Louret (Les Années Twist, Les Années Tube sur TF1, les One Man Shows de Muriel Robin, Guy Bedos, Elie Semoun…). Après plusieurs spectacles dont le premier rôle féminin d' »Attention Mesdames et Messieurs » avec Michel Fugain aux Folies Bergère (décembre 2005/février 2006, émissions sur M6, production JC Camus), elle participe au jury et à l’organisation du Grand Concours de la Chanson française Claude Lemesle/SACEM en juin 2006 au Théâtre de la Gaité Montparnasse. Son spectacle est prévu pour mars 2007 au Théâtre de Dix Heures à Paris. Il s’intitule « Je pars » et sera mis en scène par Roger Louret. Il bénéficie du soutien de Rémiproductions.

On y découvre également quelques uns de ses titres que je vous invite à découvrir. C’est très sympa. Il est à parier que l’on reparlera bientôt de cette fille.

Pour vous donner une idée du style de chanson, voici son premier titre :

Gwendoline – On se dit pas

La puce à l’oreille de Georges Feydeau

L'affiche de la Puce à l'oreilleDimanche, je suis allé au théâtre voir une pièce de Georges Feydeau, La puce à l’oreille, interpêtée par Le Masque de Sganarelle, troupe amateur de Déols.
Je les aime beaucoup et pas seulement parce que des amis en font partie mais surtout pour leur véritable talent de comédiens… Ils ont tous l’étoffe de professionnels.
Chaque fois que je vais voir une de leur pièce, je suis certain de passer un très agréable moment. Ce fût encore le cas cette fois-ci. Les voir jouer est toujours un réel plaisir.

Pour ne pas m’étendre en long discours, voici le pitch de cette pièce :

L’ardeur conjugale de Victor-Emmanuel Chandebise subit momentanément une éclipse. Cela met la puce à l’oreille de son épouse qui suppose un changement de lit. Elle décide de lui tendre un piège en lui envoyant une lettre écrite par une de ses amies. Cette lettre donne rendez-vous dans un hôtel pour amours clandestines. Chandebise va y envoyer son ami, le beau Tournel. Le neveu, l’ami médecin, le mari de l’amie, et Chandebise lui-même et tous les autres personnages vont se retrouver à l’hôtel et vivre ainsi des péripéties hautement rocambolesques. Et, pour corser le tout, Poche, l’employé de l’hôtel, est le sosie de Chandebise !

Durant les 3 heures de spectacles, nous n’avons pas eu le temps de nous ennuyer. En effet, de quiproquos en rebondissements en tous genres, il n’y a pas un instant où l’on ne rit pas. Le rythme soutenu de l’histoire et de l’interprétation ne permet aucun repos… seul l’entracte nous en a autorisé un.

Un bon vaudeville comme on les aime !