Ma grande traversée du Vercors par le GR 91 – étape 2

Jour 2 : Des bois des Allières à Corrençon-en-Vercors

2 août 2020 : C’est parti pour le 2e jour. Réveil aux aurores, petit déjeuner rapide et démontage de la tente et enfin je refais mon sac pour repartir sur le chemin.

Direction Corrençon-en-Vercors pour cette 2e étape. La première journée a été intense, la nuit aura quand même été réparatrice, les jambes vont plutôt bien. La difficulté reste le sac qui pèse sur les épaules de plus en plus.

Le relief du jour est plus régulier. Il v a y avoir même davantage de descente, Corrençon étant seulement à 1100 m d’altitude.

Vue imprenable sur la combe Noire
Vue de la combe Chaulange

Le bivouac était à 1500 m d’altitude. Le premier objectif de la journée est de relier la fontaine de Roybon qui est à 1441 m d’altitude. Les fontaines et les sources dans le Vercors sont très importantes, puisque la gestion de l’eau est l’enjeu principal de cette randonnée puisque ces fontaines naturelles sont rares et une fois sur les hauts plateaux, il n’y a plus de villages ni de civilisations pour recharger les gourdes… et une portion complète est même dépourvue de sources (j’y reviendrais).

Panorama depuis la combe Chaulange

La source de Roybon est déjà occupée… par les vaches ! Un abreuvoir directement dessous leur permet le même accès à l’eau que pour moi ^^. Je me sers donc directement à la sortie du tuyau et non pas dans l’abreuvoir 😉

La source de Roybon, l’abreuvoir et les vaches… il faut choisir !
Un sentier “100 % vaches” après la source de Roybon

Après avoir refait le plein d’eau, je continue à descendre en direction de la cabane de la Fauge. Une mauvaise lecture du balisage et de ma carte me fait descendre par le mauvais sentier et je vais donc contourner cette cabane via un sentier forestier tout en descente. Très prononcée la descente d’ailleurs. Mais le chemin est agréable. J’ai retrouvé mon itinéraire prévu en arrivant sur les hauteurs de Villard-de-Lans, au niveau des Glovettes, près du “Balcon de Villard”… mais sans voir la fameuse cabane non plus. Pas grave.

Direction chez Gérard !

A partir de ce point, d’ailleurs, la randonnée est nettement moins intéressante car le décor, plus urbanisé est bien moins joli. Je longe quelques routes bitumées, des immeubles. Retrouver un “vrai” chemin a été fort agréable sur cette partie là. Malgré tout, le rythme reste modéré, pour s’économiser mais aussi parce que, mine de rien, la fatigue se fait sentir.
A partir du lieu-dit “Les Bouchards” (Bonjour Gérard :D), le parcours est à nouveau assez fade et sans réel intérêt, et ce jusqu’à la destination du jour à Corrençon-en-Vercors.

Une première moitié d’étape montagnarde très sympa, plutôt en descente, pas de vraie difficulté mais une gestion de l’effort pour ne pas se griller les jambes malgré tout. Une partie en sous bois de pinède en terre, une partie, plus rocailleuse. Une deuxième moitié très monotone et sans plaisir visuel. Les vues sur la station de ski ne présentent pas d’intérêt. C’est moche même !

Corrençon-en-Vercors va représenter la dernière ville-étape de ce périple. Il est donc primordial de faire le plein en eau et de se reposer du mieux possible avant la 3e étape qui marque l’entrée sur les hauts plateaux. La météo, n’étant pas favorable du tout, puisque j’essuie une grosse averse, un dilemme se présente alors… Bivouac or not bivouac. Le gros de la rando commence à partir de là et se trouver avec toutes les affaires trempées avec une telle pluie n’est pas le meilleur plan… Ça alourdirait le poids sur les épaules déjà conséquent. Je prends la décision de passer la nuit à l’hôtel avec regret mais pour me préserver.

A demain pour l’étape 3 !

Résumé de la journée en photos

Bilan de la journée

Les étapes précédentes