Châteauroux Daily Photo

C’est en consultant le classement des blogs les plus influents réalisés par Technorati et Edelman, que j’ai découvert un blog d’un castelroussin* : Châteauroux Daily Photo.

Certes il n’est pas dans le top 100, mais il le rate de peu puisqu’il est classé n°104. C’est déjà une bonne surprise de voir un concitoyen dans ce genre de classement.
Ainsi, il s’agit d’un blog photo où l’auteur publie normalement une photo de Châteauroux par jour. Il fait partie d’un réseau d’autres blogs similaires où leurs auteurs publient donc des photos de leur ville et ce n’importe où dans le monde.

Pour dire que ce blog vaut le détour, cela permet de découvrir la préfecture de l’Indre au travers de quelques clichés de monuments, de paysages, de détails en tout genre… vous pouvez donc le consulter à cette adresse : http://chateaurouxdailyphoto.blogspot.com

Si je n’avais pas parlé de ce fameux classement des blogs influents parus il y a déjà quelques jours, c’est juste parce que la blogosphère a suffisament relayé l’information. De plus, il semble qu’il soit un peu contesté par de nombreuses personnes du fait de critères pas forcément transparents… des blogs qui auraient du s’y trouver n’étant pas recensés. Enfin bref…

* Un castelroussin est un habitant de Châteauroux.

Le maire de Châteauroux blogue

Blason de ChâteaurouxLe maire de Châteauroux, Jean-François Mayet, vient d’ouvrir son blog officiel. Il nous annonce dans son édito que ce n’est pas pour succomber à une mode qu’il se lance dans la blogosphère mais plutôt pour répondre à un besoin qu’il éprouvait lui-même de vouloir communiquer toujours au plus près de ces administrés. Il souhaite avoir une véritable interaction avec les Castelroussins. Le blog lui en donnera l’occasion.

Ce n’est pas par effet de mode, mais vraiment parce que cette nouvelle technologie répond à mon attente comme à celle des castelroussins intéressés par l’avenir de leur ville. J’attends donc vos questions, vos remarques, vos critiques. Cet espace sera un lieu d’échanges fructueux pour vous, pour moi, mais aussi et surtout pour Châteauroux.

Il s’agit donc pour lui davantage d’un moyen de communication supplémentaire… et je trouve qu’il a bien raison.

Un article à propos de la polémique sur le TGV est d’ores et déjà en ligne. Je trouve qu’il donne bien le ton de ce nouveau blog. Le maire de la cité castelroussine dit ce qu’il pense sans langue de bois. J’espère que cela va durer. Ce blog n’en sera que plus intéressant. On décèle tout de même une touche d’autopromotion dans ces quelques billets… mais mettre quelques points forts de son mandat en valeur n’est pas si anormal. Espérons qu’il sache garder un certain recul lors de la rédaction de ce blog. L’avenir nous le dira. Surtout dans un contexte électoral imminent.

D’un point de vue technique, ce blog est propulsé par Dotclear (J’aurais préféré WordPress mais bon :D). Il est accessible via un dossier du site offciel de Châteauroux. Je n’ai pas encore trouvé de lien direct à l’intérieur de ce dernier. Certainement prévu pour bientôt…
Sinon les commentaires sont ouverts mais modérés avant publication. Une dernière chose, les billets sont signés “Administrateur”, comment savoir qui se cache vraiment derrière ?

L’adresse à retenir est donc : http://www.ville-chateauroux.fr/leblog

Header du blog du maire de Châteauroux

En tout état de cause, je pense que cette initiative est réellement une bonne idée.
D’ailleurs en tant que webmaster principal du site web de Saint-Maur – à côté de Châteauroux – j’ai un projet qui me trotte dans la tête depuis quelques temps : Installer un blog communal officiel. Bien sûr avec l’autorisation de la Mairie, naturellement. A suivre donc.

Free : Dégroupage de Châteauroux pour fin 2006 ?

Suite à une question que j’ai posé sur les newsgroup de Free concernant l’éventuel dégroupage de l’Indre et surtout de Châteauroux par Free, Alexandre Archambault (Responsable des Affaires Règlemenaires de Free) m’a répondu que celui-ci interviendrait probablement vers la fin 2006, si tout va bien.

Voici donc les dernières informations officielles :

Benoît CATHERINEAU 2005/11/15 16:58
Bonjour habitant dans l’Indre à Châteauroux, je me demandais si le dégroupage par Free était prévu pour bientôt ?
La carte présente sur le site de Free reste désespérément vierge pour notre département… y a-t-il des prévisions à moyen terme, un calendrier établi ?
J’ai entendu des rumeurs parlant de 2006 mais ne voyant aucune indication officielle sur le site je doute de la véracité de ces dires… qu’en est-il officiellement ?

Alexandre Archambault 2005/11/15 18:33
Le dégroupage de Châteauroux, et d’une manière générale de toutes les villes à potentiel non encore dégroupées, sera à l’ordre du jour le jour où des infrastructures alternatives de raccordement existeront à des conditions compatibles avec une offre grand public à 30 euros.

Benoît CATHERINEAU 2005/11/15 20:38
[…] Qu’entendez-vous, Monsieur Archambault, par “infrastructures alternatives de raccordement existeront à des conditions compatibles avec une offre grand public à 30 euros“. Qui a la charge de ces dites infrastructures alternatives ? FT, Free, les collectivités locales… d’autres organismes…? Quelles sont ces conditions selon vous ?
Je vous remercie d’avance de ces quelques éclaircissements.

Alexandre Archambault 2005/11/17 14:52

  • […] Qu’entendez-vous, Monsieur Archambault, par “infrastructures alternatives de raccordement existeront à des conditions compatibles avec une offre grand public à 30 euros
  • En clair, de la fibre noire illuminée par Free mise à dispo dans des conditions financières non délirantes, et non de simples offres de transmission dont l’expérience a montré qu’à terme cela revient à créer plus de problèmes que cela n’en résoud.

  • Qui a la charge de ces dites infrastructures alternatives ? FT, Free, les collectivités locales… d’autres organismes…?
  • Sur cet aspect, Free n’a pas de religion sur le propriétaire de la fibre : cela peut être aussi bien elle-même si les conditions s’y prettent, qu’un autre opérateur (y compris FT, mais FT n’est pas vraiment pro-active en la matière), ou un pool d’opérateurs, ou une collectivité locale…

  • Quelles sont ces conditions selon vous ?
    • 1. une dispo de fibre noire (et surtout pas de la simple bande passante)
      2. des tarifs de mise à dispo qui ne remettent pas en cause l’équilibre économique de l’offre
  • Je vous remercie d’avance de ces quelques éclaircissements.
  • Pour revenir à votre question initiale, Chateauroux est inscrite au programme des négos 2006 laissant entrevoir *si tout va bien* (ie c’est une échéance fournie à titre indicatif, donc inutile de prendre cela comme une promesse) un dégroupage à l’horizon fin 2006. Lorsque la visibilité deviendra meilleure, les cartes prévisionnelles du dégroupage seront alors mises à jour en conséquence pour cette zone.

    Pour consulter le newsgroup en question, c’est ici.
    L’information a été reprise par le site freenews.fr.

    Piratage informatique : incohérence des tribunaux ?

    La Mule
    Y aurait-il un poids deux mesures en matière de justice face aux affaires de piratages informatique en France ?

    Deux affaires récentes peuvent le laisser croire :

    D’abord, récemment, on apprenait la condamnation d’un français, à Bayonne, à verser 1450 € en tout et pour tout pour avoir télécharger près de 2500 fichiers MP3 sur Kazaa. Il s’agit là d’un jugement relativement clément puisque pour une fois une somme forfaitaire a été demandée à l’accusé alors qu’habituellement dans ce genre d’affaire, c’est le nombre de fichiers téléchargés qui sert de base de calcul aux amendes.
    Cet article vous en dira plus sur cette affaire.

    Par ailleurs, on apprenait aujourd’hui qu’une autre affaire de ce genre vient d’être jugée au tribunal correctionnel de Châteauroux (Indre).
    Cette fois, l’accusé a eu beaucoup moins de chance car les juges ont appliqué le “tarif” habituel en se basant sur le nombre de fichiers téléchargés. La note s’est révélée beaucoup plus salée que pour l’affaire similaire précédente. Le jeune homme est, en effet, condamné à verser plus de 18 000 euros de dommages et intérêts et à de la prison avec sursis.

    ZDNet en parle également sur cette page.

    Pour en savoir plus sur l’affaire de Châteauroux, se réferrer à l’article ci-dessous.

    Tribunal correctionnel de Châteauroux

    Les progrès de la technique conduisent devant le tribunal des prévenus d’un nouveau genre : les pirates du Web. Peu sont encore arrêtés mais lorsque la justice en tient, les sanctions prononcées sont plutôt dissuasives. Ainsi, hier, Jérôme, 30 ans, a été condamné à deux mois de prison avec sursis et plus de 18.500 € de dommages et intérêts pour avoir téléchargé sur son ordinateur des milliers de fichiers musicaux, des films, des jeux et des logiciels.
    Le 1er février 2005, les policiers ont effectué une perquisition au domicile de ce Castelroussin dans le cadre d’une affaire de drogue. A cette occasion, deux unités centrales d’ordinateur ont été saisies. L’étude de leur disque dur a révélé la présence de plus de 9.000 fichiers musicaux au format MP3 dans le premier et plus de 6.000 dans le second. De nombreuses œuvres gravées sur cédérom ont également été découvertes. Le prévenu, disc-jockey dans une boîte de nuit du département, s’en servait pour animer ses soirées.
    « Vous ne saviez pas que ces pratiques étaient interdites ? », a interrogé la présidente du tribunal, Nicole Charitonsky, en rappelant le grand débat actuel sur la création intellectuelle et les droits d’auteur. Une question sur laquelle ont insisté les trois avocats du barreau parisien venus défendre la Sacem (Société des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique), la SDRM (Société pour l’administration du droit de reproduction mécanique des auteurs compositeurs et éditeurs) et les producteurs de disques, majors et indépendants.

    1,5 milliard de fichiers illégaux

    Erich Ravinetti, représentant la SCPP (Société civile des producteurs de phonogrammes), se défendant de vouloir faire du prévenu un « bouc émissaire » a souligné « l’extrême danger » que représentait ce « pillage de la création artistique », notamment à l’aide de ces logiciels d’échanges appelés « peer to peer ». « On estime à 1,5 milliard le nombre de ces fichiers musicaux illégaux de par le monde », a-t-il ajouté.
    « S’il est difficile de mesurer l’ampleur de la contrefaçon, a précisé Géraldine Breuil, défendant la Sacem et la SDRM, la fourchette est de 25 à 30 % de manque à gagner concernant les droits d’auteur. » S’appuyant sur la jurisprudence récente, l’avocate a indiqué que le simple fait de télécharger un fichier musical avec un logiciel d’échanges (le fichier est alors mis automatiquement à la disposition d’autres internautes) constituait une contrefaçon. Ceci pour balayer l’argument « d’usage privé », recevable pour certaines copies.

    A la barre, Jérôme, défendu par Pascale Léal, a exprimé son incompréhension : « Internet, tout le monde y va et on peut tous télécharger. Faut arrêter tout le monde alors et cesser de vendre le matériel aussi ! » Une « absence de prise de conscience » qu’a soulignée le procureur, Éric Joly, avant de requérir trois à quatre mois de prison avec sursis.
    Les avocats de la partie civile réclamaient de 1 à 2 € par fichier téléchargé plus des frais de justice soit une somme totale de plus de 26.000 €. Le montant des dommages et intérêts, un peu minoré, reste tout de même rondelet. « Et estimez-vous heureux que les producteurs de films et les concepteurs de jeux n’aient pas envoyé d’avocat », a lancé la présidente.

    Compte rendu d’audience, Marlène ARLOT

    Source : La Nouvelle République du Centre-Ouest du 17 novembre 2005.

    Stage avec les Pros

    Alex au bowling !Cette semaine mon petit frère était en stage de football avec les pros de la Berrichonne de Châteauroux évoluant actuellement en Ligue 2.

    En fait, chaque matin de la semaine, un entrainement de football était organisé avec l’équipe professionnelle, ce qui permettait du même coup, aux enfants d’approcher les joueurs.
    Les après midi étaient, quant à eux, réservés à des activités sportives et ludiques diverses (piscine, bowling…)

    D’ailleurs, mon petit frère s’est illustré au bowling en étant 2e après son moniteur ! Bravo Alex !!
    Un résumé de ce stage est en ligne sur le site officiel de la Berrichonne.