Ratafia – Tome 1 à 3

Mon nom est CapitaineTitre : Ratafia
Tome 1 : Mon nom est Capitaine
Tome 2 : Un Zèle imbécile
Tome 3 : L’Impossibilité d’une île
Genre : Pirates débiles
Auteurs : Nicolas Pothier (Scénario) – Frédérik Salsedo (Dessins) – Greg Salsedo (Colorisation)
Edition : Treize étrange
ISBN : 2-7459-1664-5 ; 2-7459-1944-X ; 2-7459-2155-X
46 planches

Un zèle imbécileVous aimez les pirates ? Vous aimez les histoires de pirates ? Vous adorez les histoires très cons, les jeux de mots les plus improbables mais toujours bien placés ? Alors Ratafia est fait pour vous !

Ratafia conte les (més)aventures d’une bande de pirates qui se retrouvent avec un nouveau capitaine du jour au lendemain. En effet, celui-ci a joué (et donc perdu) son propre bateau et son équipage au poker ! Lorsqu’un inconnu surgit à bord et se dit être le nouveau capitaine de la Kouklamou (c’est le nom du fameux bateau) c’est le début d’une sacré épopée.

L'impossibilité d'une îleD’autant qu’il faut souligner qu’en plus du bateau et son équipage, l’inconnu remporta également 9 cartes au trésors. C’est d’ailleurs ces dernières qu’il va proposer d’échanger contre le titre de capitaine du navire. Le mousse est le premier à accepter la nouvelle donne, alléché par la découverte de trésor…
Ainsi, les voilà reparti vers le large en quête de nouvelles aventures et surtout de nouveaux trésors… Le capitaine préférant rester dans sa cabine…

Notons que tout ceci serait trop facile si l’ancien capitaine n’était pas déterminé à retrouver son bateau et ses anciens pirates.

Le même résumé par bedetheque.com:

Le Capitaine Charles est furibard ! Il a perdu au poker son bateau – la Kouklamou -, son équipage de pirates, et surtout ses 9 précieuses cartes au trésor. Celui qui a remporté le pactole est un mystérieux marin qui va réussir à se faire accepter par l’équipage, en leur proposant un marché : il devient le capitaine officiel de la Kouklamou en échange des cartes au trésor ! Faut dire qu’il est bizarre, ce nouveau capitaine : il se fiche éperdument des trésors et passe son temps à lire, chanter, sculpter et peindre le perroquet ! Quoi qu’il en soit, l’équipage, avec à sa tête le bouillant Romuald, accepte le marché. Les voilà donc partis à la chasse aux trésors, sans savoir que le capitaine Charles est à leur poursuite…

une planche du tome 1Le ton est donné, les aventures vont s’enchainer de jeux de mots en références diverses et de calembours en quiproquo…

Le tout est tellement stupide et bidonnant que j’ai vraiment adoré ces albums. J’ai beaucoup ri, d’autant que chaque planche, chaque case et même chaque bulle regorge d’expressions à mourir de rire.
Exemple : “Dimanche, sanglant dimanche, ils s’en souviendront ces irlandais” ou encore “Il renait des cartes !” et y en a encore beaucoup d’autres à découvrir.

Et comme dirait D.W. dans sa chronique sur Post-Posse.info :

Et vous que feriez-vous si vous deveniez capitaine d’un bateau pirate ?

Pour suivre l’actualité de cette série dirigez-vous sur leur site et leur blog officiels.

Crédits images : bedetheque.com

Bon Appétit les Goules

Bon Appétit les GoulesTitre : Une aventure de Louis Ferdinand Quincampoix – tome 2 : Bon Appétit les Goules
Auteurs : Appolo – Mad
Edition : Vents d’Ouest
ISBN : 2-86967-161-X
46 planches

Nous sommes à Paris, en 1923. Le jeune professeur Louis Ferdinand Quincampoix anime une conférence sur des civilisations anciennes. A la fin de celle-ci on lui présente le Baron Sénégal, un mystérieux personnage de type africain, à la carrure imposante et au comportement plutôt suspect. Ce dernier désire acquérir un pendentif que possède Quincampoix. Son refus le met hors de lui. Les présentations des personnages principaux sont donc faites… l’histoire peut se mettre en place.

On découvre vite que cet énigmatique baron souhaite réduire à néant l’humanité afin de régner en maître. Sa technique est de recourir à la sorcellerie pour faire apparaître des goules (sorte de monstre mort-vivant dévorant les humains)… mais heureusement, le rusé Quincampoix ne va pas le laisser faire.

C’est donc sur un ton assez humoristique que nous est conté cette aventure. Le scénario, relativement simpliste, est à mon sens non exploité au maximum. Il est malgré tout sauvé par un graphisme soigné et original. Les couleurs bien que sobres, donnent un style particulier à cette bande dessinée. Cela la rend donc agréable à lire.

Enfin, notons que le méchant blasé par le Monde et qui veut le diriger n’est pas d’une grande originalité. De même que le gentil professeur devenant malgré lui le sauveur de l’humanité n’a rien de vraiment innovant. Bref, nous avons affaire à une histoire très manichéenne mais gentille.
Je suppose, d’ailleurs, qu’à la base, cette BD s’adresse davantage à un public assez jeune. Ainsi, pour ce dernier elle sera surement appréciée alors que pour pour des lecteurs plus âgés elle sera un peu “légère”.